"Exposition Mobile" - EXPOSITION en hommage à Yona Friedman

Du 14 mai au 14 juin

En partenariats avec les FRAC des Hauts-de-France et le Quadrilatère de Beauvais, le CNEAI, La région Hauts-de-France, Amiens métropole..

Yona Friedman était un artiste et architecte d'origine hongroise. Il a réalisé beaucoup de travaux qui l'ont mené à une réflexion autour des ponts de Shanghai en Chine. Nous vous présentons une exposition consacrée à l'artiste et conçu après sa disparition en 2020.

Les projets s’appuient sur un fonds exceptionnel d’œuvres conservées par le CNEAI = au FRAC Grand Large – Hauts de France à Dunkerque. Le jeu des matières est à son rendez-vous ! L'exposition mobile se décline en Maquettes, dessins, films et éditions. Pour cette année 2022, les travaux sont déployés, reconfiguré, augmenté et approprié par différents lieux de la région des Hauts-de-France. Une démarche possible grâce à nos partenaires : les FRAC des Hauts-de-France et le Quadrilatère de Beauvais. Dunkerque, Maubeuge, Beauvais, Amiens... Collection CNEAI

- Sur une idée de Sylvie Boulanger, Keren Detton et Lucy Hofbauer.

 


Il s’agira de cerner le penseur qu’était Yona Friedman, aussi bien de créer une proximité avec les habitants et leur offrir la possibilité de jouer avec ses idées en trouvant leurs propres moyens de compréhension et d’action.

 


Le titre de cette exposition rend hommage à son ouvrage majeur L’Architecture mobile (1958), où Yona Friedman développe ses idées de Ville-Spatiale.

Il imagine des habitats modulaires, évolutifs en fonction des besoins qui changent avec le temps. Parce que « la société humaine est implanifiable », il convient selon lui de laisser aux habitants la liberté de modifier leur habitat. Ses idées s’incarnent dans une multiplicité de maquettes et de dessins originaux, et qui révèlent un processus de création fondé sur l’économie, le recyclage et l’improvisation.

 


Citation :

« L’homme rêve d’habiter comme il veut, mais ne sait pas toujours ce qu’il veut. Il faut donc laisser à l’édifice une grande mobilité d’usages. Et pourquoi pas imaginer une ville qui serait entièrement fabriquée par les pratiques de ses habitants ? »

0
Feed

Laisser un commentaire